Congrès de mars 2022: La transformation numérique des univers de formation aujourd’hui et demain

Résumé de la conférence en ligne du 24 mars 2022

Dans les secteurs de l’enseignement et l’apprentissage, la numérisation aura le même effet que dans le monde du travail : ils seront moins structurés et organisés, mais beaucoup plus "à la demande". Il convient donc de se demander ce que les technologies numériques permettent de faire et comment elles soutiendront ces secteurs à l’avenir. Dans ce contexte, quatre scénarios principaux ont émergé :

Le monde d'apprentissage hybride
L'apprentissage basé sur des scénarios
L’enseignement personnalisé
L'optimisation du système des mondes d'apprentissage

Lors du Congrès de mars 2022 nous avons examinés ces quatre scénarios ou mondes d'apprentissages d'un point de vue scientifique et pratique, en espérant que les contributions soient une source d’inspiration pour les participants.

Vous trouverez ci-dessous un synopsis des différents exposés ainsi que les réponses aux questions auxquelles nous n'avons pas pu répondre directement pendant l'événement. Cet aspect sera mis à jour en permanence.

 


Impressions du Congrès de mars 2022 (dans le sens des aiguilles d'une montre : Isabelle Chappuis/UNIL, Détail de l'input de Mme Schürle-Finke sur l'enseignement virtuel en laboratoire, Interview d'Anja Bouron avec Simone Schürle-Finke, Dirk Ifenthaler/Uni Mannheim, table ronde avec Maxime Gabella, Per Bergamin, Jan Rihak et Roman Brügger (de g. à dr.))

 

Il faut des processus éducatifs dynamiques

Les learning analytics constituent un soutien à l'apprentissage actif.
Dans sa présentation, le Prof. Dr. Dirk Ifenthaler (Université de Mannheim, Alllemagne et Curtin University, Australie), donne un aperçu du monde complexe de l'apprentissage adaptatif.  

Les données et les algorithmes sont à la base des environnements possibles d'apprentissage personnalisés et adaptatifs. Le rôle de l'intelligence artificielle, en soutien aux processus d'apprentissage et d'enseignement dans le contexte éducatif, est vaste et complexe. Une mise en œuvre inter-organisationnelle est généralement difficile. Mais la technologie et son utilisation ne représentent que la moitié du travail. Il est fondamental de prendre en compte le changement, nécessaire, des processus de gestion dans les institutions éducatives.

 

Le conférencier

Dirk Ifenthaler est titulaire de la chaire et professeur de pédagogie économique, spécialisé dans la conception d'instructions basées sur la technologie, à l'université de Mannheim et Deputy Chair on Data Science in Higher Education Learning and Teaching de l'UNESCO à l'université Curtin, en Australie. Son domaine de recherche principal combine des questions de psychologie cognitive, de recherche sur l'apprentissage, de technologie éducative et de science des données (www.ifenthaler.info).

Des univers d'apprentissage hybrides

Apprendre avec les chatbots

La créativité n'a pas de limites - ou si ?
Une contribution de Bernhard Bermeitinger, Université de Saint-Gall

L'apprentissage médiatisé par chatbot et l'impact des chatbots basés sur l'intelligence artificielle, qui serait une sorte d'assistant pour les travaux de groupe, est un domaine de recherche relativement nouveau et en pleine expansion dans le domaine de l'éducation. Les chatbots peuvent fournir un feedback personnalisé et se comporter comme un membre de l'équipe. En raison de cette dynamique, de nouveaux concepts d'éducation numérique et formats d'apprentissage voient le jour. De tels systèmes d'assistance contrôlés par l'intelligence artificielle rendent l'enseignement généralement plus individuel et plus dynamique et peuvent aider efficacement les enseignants et les apprenants.

 

Réponses aux questions posées via le chat lors de la conférence

  • Question : Le chatbot apprend comme un algorithme, n'est-ce pas ? Comment l'enseignant enseigne-t-il au chatbot la réponse attendue que le bot doit donner ? Cela entraîne-t-il un surcroît de travail pour l'enseignant ou le concepteur du contenu d'apprentissage d'un "module" ?

    Réponse de B.B : Il existe de nombreuses possibilités d'entraîner un chatbot. Dans l'exemple où l'enseignant souhaite donner des réponses, il serait possible, pour l'instant, de réfléchir en tant qu'enseignant à 1-5 questions pour lesquelles le chatbot donne une réponse. Selon son "intelligence", le chatbot peut calculer les similitudes avec les questions données et choisir ainsi la bonne réponse.
     
  • Question : quelles sont les compétences que doivent avoir les élèves communique avec le bot ? Par exemple, apprend-on à poser des questions de manière à ce que les réponses favorisent au maximum l'apprentissage ?

    Réponse de B.B : Les questions doivent être au moins grammaticalement correctes et également compréhensibles au niveau de l'orthographe. La question "Wan wurde Göthe gebohren" pourrait surcharger un chatbot normal, car le vocabulaire lui est inconnu. Dans le contexte de l'enseignement, les réponses ne devraient pas se limiter à des listes de faits ennuyeuses, mais je ne peux pas en juger.
     
  • Question : Est-ce que l'utilisation d'un chatbot favorise la restitution de connaissances standardisées et est donc également en contradiction avec le modèle des 4 C ?
    Question : je me suis également posé cette question, les connaissances déclaratives sont fortement mises en avant, mais peut-on ainsi tenir compte de l'exigence d'une orientation vers les compétences ? Qu'en est-il de l'apprentissage par l'action ?

    Réponse de B.B : Malheureusement, le modèle des 4C ne me dit rien et l'"apprentissage par l'action" m'est également inconnu. Je pense toutefois qu'un chatbot ne doit pas remplacer l'enseignant, mais qu'il doit être disponible en soutien rapide, simple et patient.
     
  • Question : les réponses aux questions peuvent-elles être trouvées automatiquement dans un moteur de recherche ? Sinon, la direction du cours aura probablement un surcroît de travail pour élaborer d'éventuelles réponses.

    Réponse de B.B : C'est la différence entre les approches "retrieval" et "generative-based". La première a effectivement besoin de paires question-réponse pour l'apprentissage, la question ne devant pas être posée un à un dans les mêmes termes en raison de la similitude sémantique. Il doit cependant y avoir une liste de réponses possibles pour trouver cette correspondance question-réponse. Les génératives se basent sur un modèle linguistique qui a été entraîné sur un grand ensemble de données (p. ex. Wikipedia) et qui apporte donc déjà par lui-même des connaissances factuelles et une compréhension linguistique. L'adaptation à des thèmes spécifiques (p. ex. le livre de géographie, les œuvres collectées de Dürenmatt) s'appelle alors "Fine-Tuning" et permet la génération automatique de réponses.
     
  • ​​Question : Quels sont les standards éthiques pour l'utilisation de chatbots à l'école ? Les chatbots, comme les robots, brouillent l'interface entre une IA personnalisée et une interface informatique clairement identifiable, champ de recherche Google vs chatbot personnalisé.

    Réponse de B.B : Nous sommes du côté technique, les normes éthiques doivent nous être transmises par d'autres parties ; en principe, la machine ne connaît pas l'éthique et fait ce qu'on lui dit. Je vois alors un danger si, comme le suggère la question, le chatbot prend trop d'importance et que les relations humaines s'en trouvent désavantagées. (On préfère demander à Google/au chatbot plutôt qu'aux camarades de classe, aux enseignants ou aux parents).
     
  • Question/commentaire : Je travaille avec Landbot. Mais il est difficile de développer un dialogue. Je peux programmer des réponses simples (par ex. nom), mais le système ne comprend pas encore les réponses vocales complexes. Voici un exemple de ce que je sais actuellement : Lien Landbot

    Réponse de B.B : Je ne connais pas ce chatbot spécifique. L'économie est un peu en retard sur la science dans ce domaine et ces chatbots "simples" répondent à de nombreuses exigences. Pour mieux comprendre la réponse en langage naturel, il faut utiliser un grand modèle de langage. Pour l'instant, les bot sont encore trop lents et souvent liés à des systèmes propriétaires pour être utilisables de manière productive.
     
  • Question : si un bot ne fait "que" lire Wikipédia, où est la valeur ajoutée ? Comment procède-t-on à une réduction didactique ? Comment le niveau est-il garanti ? Comment peut-on modérer ?

    Réponse de B.B : Je ne m'étais pas exprimé correctement. Le chatbot ne lirait pas Wikipédia, mais générerait lui-même une réponse. La réponse est basée sur la question et le modèle linguistique. Wikipédia serait le fournisseur de faits et fondamentalement la source de la compréhension linguistique : le vocabulaire, quels mots suivent lesquels (grammaire), comment une phrase est construite (sujet, verbe, objet), etc.
     
  • Question : Les chatbots peuvent-ils encourager la créativité et la résolution de problèmes ?
    Commentaire : Oui, c'est possible. Pour l'instant, j'utilise mes bots pour résoudre des problèmes. Les étudiants sont confrontés à des problèmes et doivent trouver des solutions. Cependant, il est plus intéressant pour les étudiants de discuter des solutions que de travailler seuls avec un bot.

    Réponse de B.B : Un chatbot peut fournir des suggestions et des conseils. Je vois aussi le risque qu'un chatbot limite l'interaction au sein de l'équipe. Cependant, un chatbot pourrait (comme le montrent les diapositives) faire partie de l'équipe et réagir aux entrées et non pas individuellement par élève.

 

Le conférencier

Bernhard Bermeitinger a étudié l'informatique à Passau et s'est concentré très tôt sur le développement et l'application du Machine Learning dans différents domaines. Son domaine d'activité comprend d'une part la recherche fondamentale pour l'optimisation de différents réseaux neuronaux, et d'autre part le côté application pour des projets industriels.

Sa thèse de doctorat porte sur la combinaison de différentes modalités telles que la reconnaissance d'images, le traitement du langage naturel et la reconnaissance automatique de la parole au sein d'un modèle.

En tant qu'un des premiers assistants d'enseignement en informatique de la HSG, il est responsable des bases de l'informatique pour les bachelors ainsi que des cours de master Text Mining, Data Science et Natural Language Processing.

Obtenir de meilleurs résultats d'apprentissage grâce à une intuition accrue

Lunettes sur les yeux et mains libres : Une nouvelle façon de vivre et d'apprendre
Simone Schürle-Finke, EPFZ - en coopération avec afca

Les phénomènes scientifiques sont souvent difficiles à comprendre pour les apprenants, car ils sont très complexes. Les plateformes d'apprentissage électronique individualisées telles que la réalité mixte (RM) combinent des objets virtuels ancrés avec la réalité, permettant aux étudiants de découvrir leur environnement d'une nouvelle manière et leur offrant un espace sûr pour explorer la matière avec des conséquences limitées.

Grâce à une application RM modulaire innovante appelée ALETHA, basée sur les principes des sciences de l'apprentissage, il est possible d'améliorer la compréhension de la matière par les élèves. Leur perception est élargie, leur intuition est stimulée et la théorie abstraite et la pratique réelle sont associées. Les premiers résultats d'une étude pilote montrent que les étudiants équipés d'ALETHA obtiennent de meilleurs résultats d'apprentissage par rapport aux groupes de contrôle qui étudient la même matière sans RM, car ils développent davantage d'intuition.

 

Réponses aux questions posées via le chat lors de la conférence

  • Question : Une variante de la RV ne serait-elle pas l'apprentissage par le mouvement (embodiement) ? Qu'en pensez-vous, Madame Schürle ?

    Réponse S.S.-F. : Merci beaucoup pour cette question ! Par "embodiment", il faut comprendre la représentation virtuelle de la personne dans l'espace virtuel. Il pourrait en effet être utile de représenter d'abord virtuellement certains mouvements, comme celui du pipetage, pour que les étudiants puissent ensuite reproduire ce mouvement avec des pipettes réelles. 
     
  • Question : Le système reconnaît-il le poste de travail dans le monde réel et affiche-t-il les modules d'apprentissage correspondants (bottom-up) ? Ou est-ce que cela est géré de haut en bas ?

    Réponse S.S.-F. : Merci beaucoup pour cette question. C'est en partie, nous avons d'une part certains points de repère qui sont demandés par le système et saisis par l'utilisateur, comme par exemple si une série de réactifs est prête, le système sait alors à quelle étape on se trouve et il continue. D'autre part, nous utilisons aussi à certains endroits des codes AR, c'est-à-dire des codes QR pour AR, afin d'assurer une meilleure superposition de la représentation graphique sur les objets réels. Par exemple, nous avons simulé la dynamique des fluides dans la puce microfluidique et celle-ci a été projetée sur la puce et positionnée à l'aide de codes AR. 
     
  • Question : Conseil si l'on n'a pas l'argent pour acheter un Hololens: https://apps.apple.com/ch/app/jigspace/id11111934

    Réponse S.S.-F. : Merci pour cette remarque ! Je ne le connaissais pas.
     
  • Question : @Schürke-Finke - Comme valeur ajoutée de la réalité mixte dans l'enseignement en laboratoire, on pourrait également thématiser les économies de coûts. en "simulant" certains appareils ou processus coûteux et/ou difficiles d'accès.

    Réponse S.S.-F. : Absolument, c'est un très bon point ! Une partie de la fabrication pour la microfluidique a lieu dans des salles blanches, ce qui est difficilement réalisable pour de tels cours. De plus, certains processus peuvent être itérés plusieurs fois ("Trial and error"), ce qui est très instructif mais trop coûteux.
     
  • Question : Qu'en est-il de l'effort à fournir pour créer des contenus très spécifiques ?

    Réponse S.S.-F. : Merci beaucoup pour cette question importante. Nous avons spécialement conçu Aletha de manière très modulaire afin de pouvoir charger de nouveaux contenus d'apprentissage le plus facilement possible. Cela fonctionne via une application web qui permet d'éditer et d'insérer des questions, des instructions et des supports visuels.
     
  • Question : Pouvons-nous considérer ALETHA comme un système auteur permettant de créer des scénarios de RM au-delà du laboratoire ?

    Réponse S.S.-F. : Oui, tout contenu pédagogique pourrait être chargé, même pour tout autre environnement que le laboratoire !
     
  • Question : Y a-t-il un lien entre la réalité mixte dans l'enseignement en laboratoire et le futur quotidien professionnel ?

    Réponse S.S.-F. : Si quelqu'un doit travailler plus tard dans un laboratoire, c'est bien lui ! Les étudiants fabriquent une puce microfluidique par RA, qu'ils testent ensuite selon une application réaliste.
     
  • Question : Si un bot ne fait "que" lire Wikipédia, où est la valeur ajoutée ? Comment procède-t-on à une réduction didactique ? Comment le niveau est-il garanti ? Comment peut-on modérer ?

    Réponse S.S.-F. : D'une part, on ne lit pas Wikipédia, mais on communique de manière ciblée des contenus d'apprentissage traités par différents médias. Les relations sont expliquées, visualisées par des simulations et des formules, sur la base du principe d'apprentissage de la représentation multimédia, ce qui doit conduire à une meilleure compréhension. Le niveau est donc garanti et défini par l'enseignant. Les progrès des étudiants peuvent être suivis en direct par l'enseignant et les étudiants reçoivent eux aussi un feedback en direct, grâce aux points qu'ils accumulent en cas de réponses correctes et à la progression dans l'application lorsqu'ils réussissent une tâche.
     
  • Question :  Nous utilisons un autre système et mettons par exemple en scène des scènes de la vie quotidienne (par exemple, dans notre cursus de diététique, l'enseignement d'un plan de régime), cela fonctionne très bien et les étudiants s'en servent pour la préparation des examens (examen par jeu de rôle).

    Réponse S.S.-F. : Cela semble également très intéressant ! Merci beaucoup pour cette contribution.
     
  • Question : @Frau Schürle-Finke : N'est-il pas important justement que les élèves fassent l'expérience du laboratoire ? Les difficultés d'une expérience de laboratoire font partie de l'apprentissage ; justifier l'utilisation du virtuel pour éviter ces difficultés me semble aller dans le mauvais sens, en faisant croire aux élèves que tout marche toujours bien... (et par extension, en faisant croire aux adultes que la science, c'est facile...) Les autres arguments que vous présentez pour des labos virtuels (éviter des dangers, possibilité de voir des choses invisibles à l'oeil nu) me semblent plus pertinents...

    Réponse S.S.-F. : Merci beaucoup pour ce commentaire. Il est en effet important que les étudiants acquièrent une expérience de laboratoire, mais c'est précisément ce que permet la RA, contrairement à la RV pure. Je considère que c'est littéralement le meilleur des deux mondes, dans la mesure où les cours basés sur la RA nous permettent de superposer très efficacement l'expérience pratique réelle et les contenus d'apprentissage théoriques.

 

​​​​​​​La conférencière

Simone Schürle, née en 1985 à Ulm, en Allemagne, est professeure assistante à l'EPF de Zurich, en Suisse, où elle dirige le Responsive Biomedical System Lab. Avec son équipe, elle développe des systèmes diagnostiques et thérapeutiques à l'échelle nanométrique et micrométrique dans le but de résoudre une série de problèmes exigeants en médecine. Avant d'occuper ce poste, elle a mené des recherches au MIT sur les nanocapteurs pour le profilage tumoral in vivo et sur les méthodes d'amélioration sans fil du transport des médicaments (2014-2017). Elle a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Zonta 2019 pour les femmes dans le domaine des sciences, ainsi que des bourses du FNS, du DAAD et de la Fondation Branco Weiss, et a été honorée par le Forum économique mondial (WEF) pour ses contributions scientifiques à la société en recevant le prix "Young Scientist". En 2014, elle a cofondé la spin-off MagnebotiX, qui propose des systèmes de contrôle électromagnétique pour la micromanipulation sans fil. Elle a obtenu son doctorat en 2013 à l'EPFZ, avec une spécialisation en microrobotique, et a obtenu un master en ingénierie économique, avec une spécialisation en microsystèmes et nanotechnologies, à l'Institut de technologie de Karlsruhe en Allemagne.

Apprentissage basé sur des scénarios

L’apprentissage basé sur la recherche grâce à la modélisation – Limites et opportunités

L'intervention a malheureusement dû être interrompue en raison de problèmes techniques. Les participants à la conférence recevront un enregistrement vidéo.
Dr. Claus Beisbart, Institut de philosophie de l'Université de Berne

Résumé à suivre.

 

Le conférencier

Claus Beisbart a obtenu son doctorat en physique et en philosophie à Munich. Après avoir travaillé à Constance, Pittsburgh et Dortmund, il a rejoint l'Université de Berne en 2012, où il occupe un poste extraordinaire en philosophie des sciences. Il s'intéresse aux méthodes scientifiques assistées par ordinateur, à la philosophie de la physique et aux fondements de l'éthique.

Apprentissage personnalisé

L'intelligence artificielle doit soutenir - et non remplacer !

L'utilisation de l'IA dans l'éducation présente quelques points délicats qui ont été mis en évidence lors de la discussion du panel.

Un échange avec Jan Rihak/Classtime, Maxime Gabella/MAGMA Learning et Roman Brügger/EdTech Collider-EPFL, animé par le professeur Per Bergamin, directeur de l'Institut de recherche sur la formation à distance et l'apprentissage en ligne.

Tous sont conscients que l'IA peut soutenir et renforcer les performances d'apprentissage si on l'intègre en tant que tuteur dans les processus d'enseignement et d'apprentissage, et si on lui accorde la confiance nécessaire. Développer l'IA est un grand défi, car il faut des quantités énormes de données qui ne sont pas facilement accessibles et la transférabilité des systèmes est limitée. Mais qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

Conclusion de la discussion du panel :

  • Il faut créer un cadre pour l'accès aux données
  • Les systèmes numériques doivent pouvoir être entraînés
  • Les utilisateurs doivent être mieux informés et formés
  • IL FAUT AVOIR CONFIANCE !

 

Les participants à la discussion :

Maxime Gabella est le fondateur et CEO de MAGMA Learning. Après des études en philosophie et arts, il a obtenu un doctorat en théorie des cordes de l’Université d’Oxford. Il a dirigé des recherches en physique théorique et mathématique dans plusieurs institutions en Europe et aux États-Unis, comme l’Institute for Advanced Study à Princeton. 
Contact via LinkedIN
Son entreprise MAGMA Learning est une startup qui aide les entreprises et les institutions à augmenter l’efficacité et l’impact de leurs programmes de formation. En collaboration avec des chercheurs de l’EPFL elle a développé une application basée sur le machine learning qui se comporte comme un tuteur personnel intelligent, capable de s’adapter aux besoins de chaque apprenant. Le tuteur absorbe tous les supports formation et les transforme en contenus de micro-apprentissage interactifs. Il organise de plus les connaissances en une cartographie intelligente pour les rendre visibles aux apprenants, formateurs, et managers. 

Jan Rihak est le fondateur et CEO de Classtime.

Roman Brügger est directeur du Swiss EdTech Collider, le hub suisse pour les start-up EdTech dans le parc d'innovation de l'EPFL à Lausanne/Berne. Il y est notamment responsable de plus de 90 start-ups EdTech et les soutient dans leur croissance. Brügger a plus de 20 ans d'expérience dans l'économie et le management et est titulaire d'un MBA international de la Golden Gate University de San Francisco. Pendant son séjour dans la Silicon Valley, aux États-Unis, il s'est intéressé à l'éducation internationale et à l'entrepreneuriat, travaillant pour une école internationale, une entreprise mondiale de SaaS-EdTech et la Khan Lab School.

Le professeur Per Bergamin est directeur de l'institut et responsable du champ de recherche "Human Computer Interaction" et "Personalisiertes und adaptives eLearning" à l'Institut de recherche sur la formation à distance et l'apprentissage en ligne. Dans le cadre de mandats et de projets, il a mis en œuvre l'environnement d'apprentissage en ligne ainsi que ses bases didactiques à la Haute école spécialisée à distance Suisse (FFHS). Depuis 2006, il est directeur de l'Institut de formation à distance et d'e-learning (IFeL) et en 2010, il a été nommé professeur de formation à distance et de didactique en ligne à la Haute école spécialisée à distance Suisse (FFHS et SUPSI). Depuis 2016, il est également titulaire de la chaire UNESCO d'enseignement à distance personnalisé et adaptatif et, en mai 2020, il a été nommé professeur associé à la faculté des sciences de l'éducation de la North-West University (NWU, ZA). Ses activités de recherche se concentrent sur l'apprentissage autorégulé, personnalisé et adaptatif basé sur la technologie, ainsi que sur les émotions dans la lecture et l'apprentissage.

Technologies numériques pour l'optimisation des systèmes des univers d'apprentissage

Le monde d'apprentissage du futur

Sans professeur et gratuitement - cette nouvelle approche de l'éducation fonctionne-t-elle ?
Une contribution avec Anaïs Salson et Christophe Wagnière, École 42 à Lausanne

L'école 42 Lausanne défie le statu quo dans le domaine de l'éducation. L'école forme des informaticiens - elle n'a pas de professeur, elle est gratuite, elle est basée sur l'échange entre pairs, elle a une employabilité de 100 % et ne délivre aucun diplôme reconnu.
Et ça marche !

 

Questions et réponses du chat :

  • Question : Quel est le cadre offert par l'Ecole 42 ? Y a-t-il une plateforme d'apprentissage ? Comment l'échange et l'apprentissage mutuel sont-ils accompagnés/guidés/encouragés ? Le quotidien de l'école est encore un peu abstrait pour moi. Des exemples aideraient :-)

    Réponse de C.W. : Les élèves ont accès à un intranet qui leur permet de suivre leur programme et d'accéder à des exercices. Ils essaient de réaliser le projet. Ils demandent de l'aide à d'autres élèves. Ils cherchent des exemples sur Internet. Ils se répètent autant de fois que nécessaire. Ensuite, ils font vérifier leur projet par leurs collègues, puis reçoivent une évaluatione. La semaine suivante, ils peuvent s'inscrire à un examen qui leur permet de valider ce qu'ils ont appris sans aide extérieure.
     
  • Question : par quoi une école - quel que soit son niveau - devrait-elle commencer si elle voulait adopter au moins quelques-unes des idées de l'Ecole 42 ? - Quel âge avait jusqu'à présent l'étudiant le plus âgé ? Combien de femmes y a-t-il - quel est l'âge moyen ?

    Réponse de C.W. : à Lausanne, nous avons une moyenne d'âge de 28 ans (entre 18 et 56 ans), 19% de femmes. Pour s'inspirer de la pédagogie 42 dans une autre école, il faut revenir aux fondamentaux : Montessori et l'apprentissage par le jeu. Concrètement, je commence mes cours par un serious game, puis j'explique la théorie.
     
  • Question : Bonjour, que proposez-vous à vos étudiants pour réfléchir aux enjeux sociétaux liés à l'informatique ?

    Réponse de C.W. : Comme nous l'avons mentionné lors de la conférence, nous travaillons à l'organisation de conférences et d'ateliers sur des thèmes socialement importants, tels que l'informatique verte ou l'IA éthique, en collaboration avec des associations ou des fondations spécialisées dans ces domaines.
     
  • Question : Christope Wagner, comment les employeurs sont-ils intégrés dans l'Ecole 42 ?

    ​​​​​​​Réponse de C.W. : D'une part, certains employeurs sont nos sponsors et, en tant que tels, ils ont une influence sur le contenu de la formation, peuvent organiser des événements avec les étudiants et des projets. D'autre part, tous les employeurs peuvent recruter des étudiants pour des stages, même si les sponsors peuvent recruter activement sur le campus.

 

Les Intervenant:
Anaïs Salson est responsable des partenariats de 42 Lausanne Experience. Passionnée d’entrepreneuriat et d’éducation, son ambition est d’aider celles et ceux qui ont la volonté d’imaginer et de créer le monde de demain en concevant, animant et développant un écosystème apprenant autour de l’école 42 Lausanne. Avant de rejoindre 42 Lausanne, Anaïs a notamment réalisé un tour du monde sur le sujet du Futur de l'Éducation et coaché des startups dans le domaine de la EdTech. https://www.linkedin.com/in/anaissalson/
Christophe Wagnière est un entrepreneur qui adore relever des challenges. Son principal challenge est de trouver l’équilibre entre une vie professionnelle intense et une famille qui voit grandir deux adolescents. Son dernier challenge en date est la création et la gestion du campus 42 Lausanne, premier campus de l’école 42 en Suisse. Avant cela, il a été directeur des systèmes d’information de la HES-SO, architecte des systèmes d'information de la Banque Cantonale Vaudoise ou encore people manager chez IBM. Il est formateur en informatique depuis 2004. https://www.linkedin.com/in/christophewagniere/

De l'enseignement centré sur l'évaluation à l'enseignement axé sur l'encouragement

À propos d'un projet fascinant qui facilite - et révolutionne - l'évaluation des performances des apprenants
Une contribution de Flavio Carrera, Product Owner chez Menon Skills AG

Grâce à l'optimisation des systèmes et au Big Data, Menon Skills AG fait radicalement avancer le passage d'un enseignement basé sur l'évaluation à un enseignement basé sur les compétences, en mettant à disposition un écosystème d'instruments (numériques). Au cœur de cet écosystème se trouve le feed-back continu et multi-perspectives qui permet des jugements intersubjectifs.

Le canton de Zoug, la Fachhochschule Nordwestschweiz et Menon Skills AG ont fait preuve d'innovation. Dans l'ensemble, le projet offre un grand potentiel pour aider les enseignants à évaluer les performances des apprenants.
 

Le conférencier

Flavio Carrera est cofondateur de Menon Skills AG, dont la vision est de révéler et d'encourager les potentiels et les talents des personnes. Carrera, porteur de la ceinture jaune-orange de judo, a étudié la philosophie et la biologie aux universités de Berne et de Valladolid et a obtenu le diplôme d'enseignement pour les écoles de maturité dans la discipline de la philosophie, qu'il continue d'enseigner avec passion. Outre sa passion pour le développement scolaire, il consacre son temps libre à l'art culinaire sans coriandre et apprécie les livres.

Compétences du XXIe siècle, apprentissage "à la demande", futurs univers de formation

Anticiper : le rôle de l'éducation dans un monde du travail en mutation

Nous avons tendance à sous-estimer l'avenir
Réflexions sur l'avenir par Isabelle Chappuis, "Swiss Center for Positive Futures" Faculté HEC de l'Université de Lausanne

Nous avons tous tendance à sous-estimer l'avenir, à lui accorder moins d'importance et, surtout, à croire que les décisions qui se rapportent à l'avenir s'accumulent toutes à l'extrémité lointaine de l'horizon temporel.

Mais rien n'est moins faux, de nombreuses décisions prises pendant les études doivent être prises maintenant pour avoir un impact sur l'avenir (par exemple, dans le travail). Aujourd'hui, nous devons nous préparer à ces changements, mais nous devons surtout nous préparer à saisir toutes les opportunités qui se présenteront grâce aux changements que cette transition entraînera.
 

La conférencière :

Économiste de formation, experte en formation continue, futuriste et auteure, Isabelle Chappuis s'intéresse à l'avenir du travail et à la place de l'homme dans celui-ci. Après avoir occupé différents postes de direction dans le domaine de la formation continue à l'UNIL, elle est aujourd'hui directrice du Swiss Center for Positive Futures à la Faculté des HEC, qu'elle a cofondé à l'Université de Lausanne. Elle est co-auteur du livre "HR Futures 2030 - A Design for Future-Ready Human Resources".

Un Congrès de mars riche en inspirations pour l'enseignement et l'apprentissage. Préparons-nous pour l'avenir et relevons les défis à venir avec dynamisme.

Merci aux sponsors, entreprises et institutions sans lesquels ce congrès ne pourrait avoir lieu.

Sponsor principal 

 

Instituts de formation et associations

                           

Avec le soutien de: